INTEGRITY PROJECT, UNE COALITION CONTRE LA CORRUPTION EN NAMIBIE

Archives IPPR

Le 15 février 2022, l'Institute for Public Policy Research (IPPR) a lancé un nouveau projet de lutte contre la corruption appelé Integrity Namibia. Ce projet de trois ans vise à construire un réseau national parmi les acteurs non étatiques, comme les organisations de la société civile (OSC), les syndicats ou les médias, afin de lutter contre la corruption. Il comprendra la publication de recherches sur des questions juridiques et politiques et la mise en place d'une plateforme de signalement en ligne pour les lanceurs d'alerte. Créé en avril 2001, l'IPPR cherche à fournir des recherches indépendantes, analytiques, critiques mais constructives sur les questions sociales, politiques et économiques qui affectent le développement en Namibie.

« L’idée de départ est que les gens s'engagent pour essayer d'éliminer ou de participer à la lutte contre la corruption dans leurs propres secteurs », a déclaré Graham Hopwood, directeur exécutif de l'IPPR, basé à Windhoek, en Namibie. « Nous voulons amener les organisations de la société civile, les entreprises du secteur privé, les différentes autorités et les médias à se joindre au processus de consultation et voir comment ils pourraient être impliqués et façonner la coalition. Nous commençons avec des conférences à travers le pays en mai. Nous prévoyons de couvrir la plupart des régions d'ici fin 2023. En 2024, nous prévoyons d'organiser une conférence nationale, où nous lancerons la coalition ».

Engagements d'intégrité, codes de conduite

Avec le projet triennal Integrity Namibia, l'IPPR cherche à se concentrer sur les rôles que les organes et secteurs clés tels que les médias, les tribunaux, le vérificateur général, la société civile et le secteur privé peuvent jouer dans la lutte contre la corruption. Graham Hopwood a cité une enquête d'Afrobaromètre en 2019 qui a montré que la confiance du public dans les institutions politiques a fortement diminué en Namibie, jusqu'à une baisse de 20 % en ce qui concerne la confiance dans les tribunaux. Il a déclaré que le sentiment croissant d'impunité dans le pays devait être combattu de front.

Archives IPPR

« Nous examinons les engagements d'intégrité et les codes de conduite, que les secteurs et les agences ont signés pour s'engager dans la lutte contre la corruption, et nous ferons tout notre possible pour éradiquer la corruption en Namibie », ajoute Graham Hopwood. « Nous voulons que le gouvernement rende des comptes, nous souhaitons appliquer davantage de pression publique sur la base d'une recherche efficace. Par conséquent, nous voulons que tout le monde soit impliqué dans la résolution des problèmes ensemble. »

Cela impliquera une campagne de mobilisation nationale parallèlement à une série d'interventions fondées sur la recherche, y compris des publications qui éclaireront le travail de mobilisation. « Nous voulons impliquer un large éventail d'OSC, ainsi que des associations professionnelles, des organisations sportives, des médias, des éditeurs, des syndicats, pour n'en nommer que quelques-uns. »

Éduquer les gens à s'impliquer

L'IPPR prépare également un rapport parallèle sur la mise en œuvre de la Convention des Nations Unies contre la corruption (CNUCC) en Namibie pour la Coalition CNUCC. « Au cours de la visite de pays du deuxième cycle, les pairs examinateurs du Canada et de l'Éthiopie ont rencontré les OSC, et l'IPPR a facilité cette réunion avec la Commission anti-corruption », a déclaré Graham Hopwood. « Nous avons pu exprimer nos points de vue, en soulignant bon nombre de nos problèmes, y compris la loi sur la protection des lanceurs d'alerte non appliquée. En raison de la pandémie de Covid-19, notre rapport a été retardé. Nous avons interrogé des personnes sur la mise en œuvre de la CNUCC. Nous le verrons dans quelques semaines. Des progrès ont cependant été réalisés. »

Enfin, pour remédier à l'absence d'un système officiel de signalement des lanceurs d’alerte, l'IPPR lancera sa propre plateforme de dénonciation pour recevoir les signalements de corruption et d'autres actes répréhensibles de manière confidentielle et sécurisée. Le Whistleblowers Protection Act 10 en Namibie a bien été promulgué en octobre 2017 mais n'a pas été pleinement mis en œuvre faute de financement. La loi prévoit la création d'un bureau de protection des lanceurs d'alerte et criminalise les représailles contre les journalistes ou les témoins qui témoignent d'inconduite et de corruption.

En même temps, l'IPPR ne néglige pas sa fonction première de think tank. Ils sont très actifs dans les médias, avec près de 300 parutions par an, à la télévision, à la radio, en ligne ou dans la presse écrite. Graham Hopwood a travaillé comme journaliste pour The Namibian, le principal quotidien du pays, de 1992 à 2004 et réfléchit sur la nature changeante de la lutte contre la corruption causée par la pandémie. « La pandémie de Covid-19 nous a obligés à déplacer nos réunions en ligne, car nous ne pouvions pas avoir d'événements physiques. Mais nous avons utilisé Facebook live et créé une chaîne YouTube, et avec cela, nous pouvons désormais atteindre des centaines de personnes. Notre message semble être efficace : nous avons eu une grande réaction au lancement du projet Integrity Namibia. En conclusion, Graham Hopwood souligne qu'ils éduquent les gens à s'impliquer dans des activités anti-corruption, car « de cette façon, la colère des gens se traduit par une action positive ».

Visitez le profil d'IPPR sur WhatsOn here.

Visitez le site Web de l'UNODC-Civil Society Unit pour des opportunités de formation.